Propositions pour une escapade londonienne

Propositions pour une escapade londonienne

20 février 2020 0 Par Antoine Bouchet
5
(1)

Loin des plages de sable blanc perdues au beau milieu des îles paradisiaques de l’océan Pacifique, on vous emmène passer l’hiver chez nos pluvieux voisins Anglais, à Londres. À défaut de bains de soleil sous les cocotiers, venez vous réchauffer l’âme le temps d’une escapade outre-manche dans le smog londonien.

Londres est une ville très chère. D’ailleurs, on soupçonne The Economist de ne pas l’avoir inclus dans son dernier rapport des villes les plus chères du monde par manque (chauvinisto-britannique flagrant d’objectivité. Si l’hébergement est étonnamment accessible notamment via la plateforme AirBnb (comptez autour de 150 euros pour quatre nuits chez l’habitant), le coût de la vie sur place demeure, en effet, très élevé.

Conseil : avant de boucler vos valises, pensez à prendre des vêtements chauds et surtout imperméables. Réchauffement climatique oblige, le mercure descendra rarement en-dessous des 5 degrés. Toutefois, la bruine quotidienne locale risque de vite doucher vos envies de balades une fois sur place. Habillez-vous donc en conséquence, au détriment du style s’il le faut !

Les transports de Londres

Arrivée à l’aéroport de Stansted. Et oui, si vous êtes malins, vous avez voyagé avec Ryanair, compagnie low-cost proposant des prix défiant toute concurrence et qui vous fera atterrir moyennant quelques tonnes de CO² rejetées dans l’atmosphère à une cinquantaine de kilomètres de Londres. Evitez (si possible) de retirer vos livres sterling aux distributeurs de l’aéroport, le taux de change y étant de 1£ pour 1.55€ avec les commissions contre “seulement” 1.18£ dans les commerces.

Une heure et demie de bus plus tard, vous voilà en plein coeur de la City. Vous vous enfoncez alors dans le Tube, le métro londonien. Malgré sa qualité de plus vieux réseau métropolitain au monde (la première ligne ayant été ouverte en 1863), l’Underground étonne par sa relative propreté et surtout sa modernité. Lorsque l’on a été habitué au Tisséo toulousain, mieux vaut se mouiller la nuque. D’ailleurs, le prix vous fera lui aussi un électrochoc : 25£ pour deux jours, 35£ si vous restez entre trois jours et une semaine, sans compter les 5£ à débourser pour la très design carte Oyster.

Dernière précision avant de débuter notre visite : la ville est tout bonnement gigantesque, et à moins de la traverser au pas de course, vous n’aurez simplement pas le temps de tout faire. Et c’est tant mieux, vous aurez une excuse pour revenir !

Malgré le prix élevé des transports, et de l’alimentation, Londres constitue une destination très dépaysante qui a beaucoup à vous offrir. En ce qui concerne le logement, mieux vaut privilégier des secteurs à la limite des zones 2 et 3, pour bénéficier d’une certaine tranquillité sans s’éloigner trop du centre. Notre coup de coeur ? Willesden Green.

Banlieue pavillonnaire

Cette petite banlieue pavillonnaire très british dispose de stations de bus et de métro vous permettant d’atteindre le centre en à peine 10 minutes.

Très cosmopolite à l’image de la ville, le quartier est quadrillé de bow-window typiques et de leurs jardins individuels attenants. Une plongée immédiate à coup-sûr dans l’univers si particulier de la métropole londonienne. Mention spéciale au Mandalin Deli, un café tenu par des espagnols et qui sert des petits-déjeuners anglais avec oeufs, bacon et hashbrowns tout à fait exquis.

Direction le quartier « bobo » de Londres

Une fois vos valises posées, direction Soho, le quartier “bobo” et branché du centre-ville. Profitez-en pour faire un tour par Piccadilly Circus pour prendre une photo, et laissez-vous guider au gré des bars et restaurants. Vous y trouverez aussi Chinatown et surtout, une multitude de bars. La promesse d’une soirée réussie et d’une nuit de folie !

Si le coeur vous en dit, pourquoi ne pas faire un tour sur Regent Street pour lécher les vitrines des grands magasins ? Lors des fêtes, chaque enseigne rivalise d’ingéniosité pour décorer sa façade avec le plus grand faste possible.

Cependant, on vous déconseille sa consoeur Oxford Street, un véritable temple de la mondialisation où sont alignées les marques implantées partout ailleurs sur le globe et sans intérêt endémique particulier.

Sachez qu’en hiver, la nuit tombe à 15h et les Anglais dînent à 18h. Essayez donc au maximum de déambuler dans les différents quartiers le matin pour vous laisser l’après-midi de libre pour les musées.

Petit détour au British Museum

Véritable institution au même titre que le Louvre dans l’Hexagone, le musée vaut le détour ne serait-ce que pour son architecture audacieuse, syncrétisme de style ancien et moderne. On remarquera la verrière signée Norman Foster composée de 3312 panneaux de verre qui abrite la grande cour du muséum des affres du temps. Le département des antiquités héberge une collection prodigieuse issue des fouilles (et pillages…) du XIXe siècle par les premiers archéologues anglais, vous donnant, ainsi, l’occasion de découvrir entre autres la pierre de Rosette, des vestiges du mausolée d’Halicarnasse ou encore les frises du Parthénon.

Si vous n’en avez pas assez de piétiner, le National History Museum vous ouvre lui aussi ses portes gratuitement tous les jours de 10h à 17h50.

Là aussi, les murs valent le coup d’oeil à eux seuls. Sous ses airs néo-roman le bâtiment semble tout droit sorti d’un tome d’Harry Potter, véritable fierté nationale par ailleurs présente à chaque coin de rue.

Une balade à Notting Hill

Avis aux amoureux transis et aux cinéphiles romantiques, une balade à Notting Hills vous comblera de bonheur. Les façades colorées de Portobello Road vous charmeront à coup sûr et vous pourriez bien tomber nez-à-nez avec Hugh Grant ou Julia Roberts en train de chiner des antiquités chez Alice’s, une boutique indescriptible dans laquelle il faut absolument oser rentrer.

Pour ne pas mourir de faim dans un pays réputé avant tout pour sa haute gastronomie, une seule solution : le fish and chips. Evitez les chaînes à l’instar de Poppie’s et privilégiez plutôt Hobson’s, où vous vous régalerez pour “seulement” 12£ par personne, une paille comparée à la concurrence.

Un petit tour à Camden Town

Autre quartier à l’identité très marquée : Camden Town. Foyer historique des cultures alternatives punk, gothique, ou encore skinhead, il donne à voir un autre visage de la métropole. Construit  entre d’anciens bâtiments d’usines réhabilités et les canaux de Little Venice, vous trouverez un concentré de petites échoppes vendant de la street-food des quatre coins du monde. On a testé et approuvé les arepas vénézuéliens, des morceaux de poulet mélangés à des frites de banane et une sauce à l’avocat le tout coincé entre deux pains de maïs. Vous pouvez aussi ajouter à votre programme le marché aux puces et les nombreuses friperies ou encore, un crochet par la statue en mémoire d’Amy Winehouse, qui y a vécu jusqu’à sa mort. 

Ça y est il est déjà temps de repartir et vous n’avez pas eu le temps de faire la moitié de ce que vous aviez prévu. Vous quittez Londres le portefeuille léger, mais des souvenirs plein la tête.

Vous l’aurez compris, on ne s’ennuie jamais à Londres. La liste des monuments et sites à visiter est infinie (ou presque) et l’on aurait pu également vous emmener à Buckingham Palace, Trafalgar Square, Columbia Road, Covent Garden, Harrod’s, Madame Tussauds, les studios Harry Potter…mais ce sera pour une prochaine fois. Que vous préfériez flâner à Hyde Park ou admirer les tableaux de la National Gallery, la ville-monde regorge de trésors qui attendent que vous partiez à leur rencontre. Enjoy !

Print Friendly, PDF & Email

Que pensez-vous de l'article ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer !

Moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

Aucun vote pour l'instant 🙁 Soyez le premier à noter cet article !

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile...

Améliorons cet article !

Que devons-nous améliorer ?