Chroma

Chroma

28 mai 2019 0 Par PauseCulture.fr

D’après Chroma : A Book of colour de Derek Jarman

Une pièce de Bruno Geslin – 

La Grande Mêlée

« All is black »

Une scène, 3 murs et une silhouette masculine vêtue d’un slip kangourou. Le décor est planté ! D’emblée, l’on se demande vraiment où on est tombé… Puis vient cette musique enivrante accompagnée d’une chorégraphie pour le moins originale !

Black, white, yellow, red… ici tout n’est que couleur : un sentiment, une odeur, une pensée. Une mise en scène qui laisse rêveur retraçant l’histoire et les souvenirs de l’écrivain Derek Jarman lorsque le SIDA va lui faire perdre la vue. 

« Strange ?»

La scène est un plateau de jeu dont les maitres sont la vie et la mort. Ce n’est qu’un jeu, le jeu de la vie. C’est donc sous forme de pions que les acteurs apparaissent. Survient d’abord un homme vêtu d’un slip et d’un t-shirt. Et il danse, il danse les couleurs de la vie. Black, white, yellow, red.

Alors que le public est entré dans la danse avec ce « danseur de couleurs », surgit du public un homme en haut de forme. Après de nombreuses salutations, s’exprimant lui-aussi en anglais, il monte sur scène et s’en suit alors des danses érotiques et mimes très subjectifs.

« What is green ? »

Grass is green.

What is yellow ?

Chaque couleur a sa représentation. Lorsque la lumière disparait, il reste les souvenirs pour se rassurer, et les questions qui s’y rapportent. 

 « Stop ! »

Une danse qui s’arrête, comme suspendue dans le temps, une vie qui touche à sa fin, des couleurs qui disparaissent… 

Des fragments d’une vie portés par des notes de musique et des taches de peintures. Le bip d’un électrocardiogramme qui s’estompe.

Derek Jarman, un poète rêveur qui ne s’interdit rien : comme faire pousser des anémones dans son jardin situé près d’une centrale nucléaire face à la mer. Malheureusement qui voit son rêve s’envoler en même temps que sa vue ne  s’efface. 

C’est une pièce surprenante qui parle d’un sujet sensible en toute légèreté. Musique et couleurs sont au rendez vous portés par trois acteurs tantôt espiègles, loufoques puis graves. 

Les protagonistes sont des athlètes sans aucun doute : comment l’actrice peut-elle tourner sans fin, faisant virevolter sa robe sans même chanceler ? Comment peuvent-ils tourner sur un si petit espace l’un assis et l’autre debout sur un vélo en récitant de magnifiques textes et ne pas être étourdis ? La pièce est en grande partie jouée en anglais et malgré les sous-titres, la vitesse de lecture est un peu rapide pour les plus jeunes.


par Lucile Vacherie, CMJ de Brive