Don Quichotte - affiche

« Don Quichotte », la reprise d’une histoire

Le rideau se lève, le calme prend place, une jeune femme portant une robe gigantesque, la laissant perchée à deux mètres du sol, danse. Elle tournoie sur scène laissant s’exprimer sans restrictions. C’est l’histoire du chevalier Don Quichotte, le chevalier au lion.

 

Dès le début de la scène, suite à la fin de la danse, la scène est vide. Des machines font alors surface, des vélos en cages portés par des roues et poussés par des comédiens nous font vivre ce premier instant de théâtre. On vibre de plaisir. Dans l’une des deux cages, une marionnette est animée par une femme. C’est l’écuyer du chevalier Don Quichotte.

Don Quichotte - Dulcinée

L’histoire

Nous avons un récit très intéressant, mélangeant le classique au contemporain. En effet, comme on peut le remarquer à de multiples reprises, nous retrouvons les scènes « classiques » de l’œuvre de Don Quichotte, mais également de nouvelles scènes écrites par la troupe. On peut remarquer ce contraste par le vocabulaire des répliques : plus familier, plus vulgaire. Mais, cela n’enlève rien au charme de la pièce.

J’ai entendu après la représentation dire que c’était un peu « lourd », « long ». Le seul point négatif que l’on puisse y trouver.

 

Don Quichotte

Parcourant en long, large, et en travers toute l’Espagne sur son vieux cheval appelé Rossinante, que l’on pourrait comparer avec un âne. Don Quichotte est un personnage intriguant. Personnellement, je ne sais quoi penser de lui. Est-il bipolaire ? Tout ce que l’on peut dire à son sujet, c’est que dessous cette armure de chevalier se cache une âme, un cœur. Un cœur éperdument perdu au fin fond de je ne sais où dans l’espoir de retrouver, un jour, sa Dulcinée.

Sa Dulcinée

Qui est-ce ? Il s’agit de la Dulcinée du Toboso. Une femme dont on ne verra son apparence. Elle est inconnue aux spectateurs tout comme à Don Quichotte qui prétend l’avoir vu, parler, écouter… Amoureux.

 

Un chevalier sans amour est un arbre sans fruit, sans âme. Dit-il.

 

La pièce

Le jeu des comédiens

Il est difficile pour des blogueurs et amateurs de pièce de théâtre de critiquer une pièce. Mais, ici, pour Don Quichotte, c’est inévitable. On ne peut aller voir cette pièce et parler autour de nous du jeu des comédiens. C’est à se demander comment ils font pour se mettre autant dans les personnages, et emporter leurs spectateurs.

Je voudrais cependant, vous parlez de trois personnages.

Tout d’abord, Sancho Panza, le fabuleux écuyer, naïf, toujours aux pieds de son chevalier. Celui-ci est assez particulier, car ce n’est pas un comédien, mais bien une marionnette (voir la partie : mise en scène). Une marionnette qui fait du vélo, qui parle, qui s’exprime et qui marche tel un Homme.

Puis, nous avons une jeune femme, Camille. La sublimissime Camille comparée par, je cite « un sanctuaire de chasteté ». Une personne à caractère fort. Elle est soudain envoûtée pensent certains personnages. Elle crie, hurle, encore et encore, de plus en plus fort et… Tombe dans les pommes. Je n’en dirais pas plus 😉

Et enfin, la princesse à trois queues. Oui ! Oui ! Trois queues ! Et dites-vous que ces « trois queues » furent rire un certain nombre de spectateurs à l’esprit mal placé. 😀 Elle est présentée par Monsieur le corbeau (avec un léger zozotement) qui l’annonce aux autres personnages sur scènes.

Don Quichotte - Cheval

La mise en scène

Qui vous a dit que le théâtre est aux personnes âgées ce que la technologie est aux jeunes ? Je me demande bien…

C’est le point essentiel de la pièce. Nous avons un mélange de scène classiques (théâtre traditionnel) et de technologie. C’est alors, à de multiples reprises, des effets 3D (incrustations d’images vidéos) nous sont livrés avec quelques extraits d’anciennes représentations. Ainsi, le jeu des comédiens s’interrompt pour laisser place à une vieille version de Don Quichotte, en noir et blanc.

Au-delà de ça, la caractéristique de cette scène est qu’elle soit sur deux tableaux. À droite, vous avez Don Quichotte écoutant la radio (un objet perturbant vu le contexte) et à gauche, des personnes récitant un texte à la radio expliquant une histoire d’amour entre deux meilleurs amis et une jeune femme. Est-ce là un parallèle avec la situation amoureuse de Don Quichotte ?
Le dernier aspect que je souhaite vous évoquer est l’apparition miraculeuse d’un cirque. Oui ! Un cirque au théâtre ! Y croyez-vous ! 😀

Posé sur une table, un cirque, composé de deux trapézistes (marionnettes) et d’un lion (marionnette) sortant du centre de la table. Le lion se bat avec la marionnette de Don Quichotte (surnommé à cet instant : le chevalier au lion).

Je vais m’arrêter là-dessus, mais, il y a tant d’aspects à décrire… Et, je n’ai pas dit le meilleur, je vous assure.

 

 

Alors oui, on peut critiquer cette pièce d’être longue, d’avoir ajouté certains passages… Mais, cela reste classique et passionnant. On est surpris par la splendeur de cette pièce incroyable et réaliste. Une histoire floue (surtout, lorsque l’on n’a pas connaissance de l’histoire avant la pièce), des costumes impeccables et des décors que l’on ne peut décrire. Un bon spectacle comme on les aime.

2 réflexions sur “« Don Quichotte », la reprise d’une histoire

Laisser un commentaire