Les grèves de 1970 en Pologne: un premier pas dans la lutte

Les grèves de 1970 en Pologne: un premier pas dans la lutte

3 juin 2020 0 Par Marius Hutinet
4.7
(15)

Le syndicat « Solidarnosc« , en France « Solidaire », est aujourd’hui très répandu. Créée en Pologne en 1980 dans un contexte de lutte contre l’autorité communiste en Pologne, cette organisation est notamment représentée par son emblématique dirigeant: Lech Walesa. Mais ce que l’on sait moins, c’est que 10 ans avant la création du syndicat, les premières grèves ouvrières à Gdansk ont engagé le début de la lutte. Retour sur des événements qui ont changé l’histoire de la Pologne contemporaine.

1970: Gdansk devient la capitale de la contestation en Pologne

La ville de Gdansk est centrale dans l’économie polonaise. En effet, elle offre au pays un accès direct à la mer Baltique. Les activités maritimes et militaires s’y développent donc en permanence. De plus, la ville a toujours été objet de convoitise, pour son emplacement ou encore pour son ambre. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le pays tombe sous le joug de l’URSS. Mais au fil des années, différents mouvements contestataires apparaissent, notamment dans les villes côtières. Wladislaw Gomulka, dirigeant de la République populaire de Pologne, n’arrive plus à contenir la crise économique qui pèse sur le pays. Le niveau de vie des ouvriers, alors très bas, et ne cesse de se détériorer avec la crise. De plus, à cette époque, l’économie polonaise reposait sur le système de planification par l’état. Le gouvernement décida donc d’augmenter le prix de certaines denrées afin de pallier la crise. Mais cette réforme laissa un goût amer dans la bouche des ouvriers. Peu après l’annonce de ces augmentations de prix, les travailleurs du chantier naval « Lénine » de Gdansk entrèrent en grève.

La répression et l’écrasement du soulèvement

Les grèves des ouvriers de Gdansk, puis de Gdynia et Szczecin débutèrent pacifiquement le 14 décembre. Mais la situation bascula très vite. Le régime, voyant les négociations avec les grévistes d’un mauvais œil, décida d’intervenir directement. L’état polonais envoya la police et l’armée qui tirèrent sur les manifestants. Les chars et les militaires semèrent la terreur et provoquèrent la mort de 45 ouvriers, tout en en blessant presque 1200. Parmi ces jeunes ouvriers, un certain Lech Walesa, qui deviendra 10 ans plus tard le co-fondateur de Solidarnosc. A la suite de ces excès de la part du gouvernement, Wladislaw Gomulka est écarté du pouvoir. Il laisse la place à Edward Gierek. En adoptant une politique d’emprunts économiques à l’Occident tout en affirmant sa loyauté envers l’URSS, Gierek tend à faire sortir le pays de la crise économique. Mais le choc pétrolier annule ces progrès et sa politique donne lieu de nouveau à des contestations. Fin 1980, le dirigeant décida de reconnaître officiellement la création de Solidarnosc. Gierek quitta alors le pouvoir, ayant perdu la confiance des autorités soviétiques.

La maison des solidarités, et le monument dédié aux tués des grèves de 1970. Pologne 2019.
Le centre Européen de La Solidarité à Gdansk, construit sur les chantiers navals. A droite, le monument dédié aux tués des grèves de 1970.

Crédits Photos: Marius HUTINET

Print Friendly, PDF & Email

Que pensez-vous de l'article ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer !

Moyenne 4.7 / 5. Nombre de votes : 15

Aucun vote pour l'instant 🙁 Soyez le premier à noter cet article !

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile...

Améliorons cet article !

Que devons-nous améliorer ?