Les avérés de la rue : de vrais SDF

Les avérés de la rue : de vrais SDF

24 février 2018 0 Par L'Equipe PauseCulture.fr

« Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois ou perdus »

La promesse retentissante de M. Macron en juillet 2017 pourrait rappeler à certains d’entre nous celle de ses prédécesseurs. Tout d’abord Lionel Jospin, Premier ministre qui, en 2002, promettait 0 SDF d’ici 2007. Ou encore, Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence, lançait :

« […] d’ici deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid. »

A l’image de ses prédécesseurs, il n’a su tenir cette promesse. Juste une parole illusoire ayant pour but de lui donner une image populaire.

LA NUANCE DANS LE TERME

Le canard enchaîné nous révèle que le gouvernement considère comme SDF seulement les « avérés de la rue » qui ne connaissent que le ciel comme toit et non les « non-avérés » qui, quant à eux connaissent le « luxe » d’une gare, d’une station de métro ou encore d’une tente…

On peut aussi lire que seules les demandes d’hébergement non-pourvues de nuit sont décomptées par les Samu sociaux : tout appel passé avant 19 h ne sera pas enregistré et le sans-abri sera donc laissé à la rue.

Après le scandale des barrières pour empêcher les SDF de s’allonger sur les bancs de la station Stalingrad ou encore les barrières pour les empêcher de profiter des bouches d’airs chauds du métro, les actions inhumaines de l’ état et de la ville de Paris continuent. Suite à ces décisions et ces actes, le mot fraternité de notre devise semble de plus en plus inadapté à la réalité.

LA NUIT DE LA SOLIDARITÉ, TRISTE RETOUR A LA RÉALITÉ

La nuit de la solidarité portée par 2000 volontaires a permis de dénombrer le nombre de sans-abris de Paris.

– 2 025 personnes dans les rues de Paris

-927 décomptés par la RATP, la SNCF, VINCI ou encore dans les hôpitaux

-2 050 autres, résident dans des centres et ont la chance d’être hébergés momentanément.

La capitale de la France,  la 6e puissance économique mondiale et le pays des droits de l’homme possède 5 002 personnes dites à la rue…

Certains politiques, malgré cette étude, affirmeront que c’est un choix, en généralisant le cas de 5 002 malheureux…