Nuits Noires à Aubusson – édition 2019

Nuits Noires à Aubusson – édition 2019

21 juin 2019 0 Par PauseCulture.fr

La 13ème édition du festival des Nuits Noires à Aubusson, en Creuse, s’est tenue du 4 au 7 juin 2019. Environ 400 collégiens et lycéens se sont présentés à la cité scolaire Eugène-Jamot, en compagnie de 15 auteurs. Un programme chargé qui en a enchanté plus d’un !

C’est un moment de partage entre élèves et écrivains autour de passions communes : l’écriture et la lecture. À l’occasion du festival du polar à Aubusson en Creuse, évènement crée en 2007, deux prix sont décernés : le prix du polar lycéen et le prix du roman noir collégien. Ces dispositifs sont réservés aux élèves de l’Académie de Limoges. Auprès d’activités ludiques, les élèves peuvent échanger avec les auteurs et bien entendus rédiger des histoires grâce aux ateliers d’écritures. 

L’écrivain Antonin Varenne, un habitué des Nuits Noires, évoque un moment agréable partagés avec ces élèves : « Pour moi, c’est vraiment deux activités (ndlr : l’écriture et le festival) séparées. Par contre, c’est un plaisir très différent. Écrire, c’est une activité très solitaire. Bosser avec des groupes de lycéens ou de collégiens, c’est plutôt un moment de partage. C’est une activité et un plaisir très différents. Ça se rejoint, c’est autour de l’écriture, un point commun ». 

« Ne pas flipper face aux idées »

Les élèves, par groupes, imaginent une histoire, cette année autour du thème « écrire une lettre anonyme, avec pour mot imposé tatouage ». Elles seront par la suite sélectionnées pour être lues à la scène Nationale d’Aubusson. Les idées fusent et sont, parfois, surprenantes. « C’est un truc que j’ai appris à mesure de ces ateliers d’écriture d’année en année : c’est de ne pas flipper face aux idées. Le côté polar peut produire parfois des choses récurrentes. Mais globalement, moi, chaque année, je suis surpris vraiment par les idées qui sortent. »

(c) photo Page Facebook Nuits Noires à Aubusson

 Les consignes varient selon les auteurs. Certains demandent  exclusivement du polar tandis, que d’autres invitent les élèves à sortir de ce genre. « On fait attention à ne pas avoir des consignes trop uniformes en atelier d’écriture ; et là quand on a eu les lectures sur le plateau on a pu s’apercevoir de la variété des tons, des genres, des atmosphères dégagées par les nouvelles. ». 

Ces activités rassemblent et permettent de passer des moments agréables : « Parfois, il y a des groupes avec lesquels on se marre plus. Il y a des étudiants plus marquants. Mais sur 400 collégiens et lycéens qui participent tous les ans, il y a de très bonne surprises. Et en plus l’ambiance en général est vraiment réussie. » Bien sûr, il ne faut pas oublier le moment crucial de ce festival : le prix du polar lycéen. Cette année, parmi quatre ouvrages, Ce qu’il nous faut c’est un mort  d’Hervé Commère a été sacré lauréat. Mais parfois, les auteurs présents n’ont pas eu le temps de lire les livres ! Heureusement que les élèves le font !

Rédactrice : Clara Porte