Un assurance viol au Texas

TEXAS : Contrainte de payer une assurance viol

Au Texas la loi Housse Bill 214, aussi nommée «assurance viol» a était officialisée. Une loi aberrante qui renforce un phénomène sexiste bien présent dans cet État appelé « culture du viol ». C’est un concept qui vise à faire porter les responsabilités du crime sur la victime. Penser qu’une femme victime d’un abus sexuel l’a bien cherché car elle porte une mini-jupe fait partie de la culture du viol.

gouvernement Texas

 

 

Une loi des plus scandaleuses :

C’est ce 15 août 2017 que Greg Abbott, gouverneur du Texas officialise la loi communément appelé «assurance viol». Interdisant à toutes assurances, publiques ou privées, la prise en charge de l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG). Seuls les cas de grossesses pouvant s’avérer mortelle pour la patiente restent pris en charge. Une mutuelle spécifique, bien évidemment payante est proposée aux femmes souhaitant mettre un terme à leurs grossesses, et ce, même pour les cas de viol, d’inceste ou de malformation du fœtus. C’est le coup de grâce pour les classes moyennes ou pauvres. «L’ assurance viol» est suivie de la loi House Bill 213 votée en parallèle, dans laquelle toutes femmes mettant un terme à leurs grossesses devront dévoiler leur identité. Le Texas cherche bel et bien à restreindre le droit à l’avortement.

 

women's rights are human rights

 

 

Un concept qui dévalorise la femme :

Tout médecin pratiquant un IVG pourrait être condamné par la justice. « Ce genre de politique a aussi un grand impact sur la stigmatisation autour de l’avortement et laisse à penser que leurs soins de santé ne sont pas légitimes” aurait déclaré le Dr. Daniel Grossman. En effet, il n’est plus question de la santé et de la sécurité de la femme, mais plutôt de sa stigmatisation en lui retirant ce droit pourtant constitutionnel. La HB214 inciterait les femmes à penser qu’elles sont responsables de leurs viols et de ce fait devront en assumer les conséquences qu’elles soient financières ou physiques. En sachant que les États-Unis est le pays qui compte le plus d’abus sexuels dans le monde, environ 85 000 par an, le Texas se voit banaliser ce crime.

 

culture de viol

 

L’arrivée de Trump au pouvoir est un vrai fléau pour les des droits de la femme. Nombreux sont les états qui réétudient la question de l’avortement qui pourtant est un droit constitutionnel aux Etats Unis.


Cet article a été rédigé par Luna (abonnée)

Laisser un commentaire