Un vendredi soir métal à la Cave à rock

Un vendredi soir métal à la Cave à rock

14 mars 2020 0 Par Marius Hutinet
5
(7)

Le travail est terminé, la semaine a été longue, il est temps de retrouver ses collègues headbangers pour profiter d’une soirée de découverte musicale au rythme des performances de groupes de métal locaux et du houblon. Quoi de mieux que La Cave à Rock, une institution toulousaine, pour débuter un week-end de manière explosive ?

C’est le rendez-vous que se donnèrent près d’une centaine de personnes au soir du vendredi 29 Novembre 2019. En arrivant dans ce bar à concert du quartier Matabiau, on découvre une salle aux premières allures timides. Mais on comprend vite, au fil des discussions et au son “lointain” des balances que cet endroit renferme un véritable démon.

Le concert commence et Elypsis entre en scène …

    Soudain, on ressent des premières vibrations, on sent que le sol tremble: pas le temps d’attendre les clients accoudés au bar. Les concerts commencent juste en dessous de nos pieds, dans la cave. Le plus compliqué est de se faufiler jusqu’à la scène, mais les premières notes d’une reprise de “Fear of a Blank Planet” de Porcupine Tree par le groupe Elypsis nous poussent naturellement vers elle. Le plafond, mais aussi l’intégralité de notre corps vibrent, tant on est sidérés par la synchronisation et la précision de ces 5 jeunes talents toulousains. Une maîtrise parfaite des effets sonores et de leurs instruments, avec un rythme alternant mélodies douces, dramatiques et envolées de distorsion et de screams. les musiciens d’Elypsis savent utiliser l’espace scénique et l’ambiance de la salle à leur avantage.

Elypsis on stage, Crédits photo Gaetan Naulin pour Actu-Métal Toulouse.
Elypsis on stage.

Et cette ambiance est bien énergique dès le début de leur prestation. La salle est petite, le public est serré. Mais dès les premiers morceaux, les plus férus de concerts démarrent des pogos, les nuques commencent également à travailler, et les têtes se balancent de haut en bas. La chanteuse nous fait part de sa voix et de son coffre incroyables, parfois doux, parfois agressif et profond, véritable miroir qui reflète les thématiques sombres et la sincérité de leurs compositions.  Alternant morceaux originaux tels que “The Storm”, “To Reveal Myself” ou “Leaving Everything Behind” et reprises de groupes tels que Porcupine Tree, avec “Fear of a Blank planet”, Opeth avec “Bleak”, ou encore Agent Fresco avec “See Hell”, le groupe paraît avoir des ressources inépuisables. La soirée commence décidément très bien. 

    Et après un set très complet de la part d’Elypsis viennent 15 minutes de pause bien méritée. On reprend ses esprits, bousculé par le show précédent avant de replonger dans un univers plus Black. Bienvenue dans l’univers de Big Blue Girafa.

Deuxième set, les Big Blue Girafa mettent le feu à la Cave à Rock

    Ce groupe d’origine Moissagaise se produit pour la deuxième fois sur la scène de la cave à rock, et on constate une nette progression quant à leur technique et leurs prestations scéniques. Le groupe s’impose d’entrée avec une ligne de basse bien dessinée, très puissante, qui suggère immédiatement leur style de jeu. Utilisation d’une double pédale pour la grosse caisse, une voix profonde qui, complétée avec celle d’Elie, un des deux guitaristes du groupes, donne des chœurs lancinants et mélodieux à la Porcupine tree. Le groupe sait se faire aimer du public et le rassasie comme il peut, en lui servant sur un plateau des compositions mêlant douceur et rage. 

Les musiciens sont très concentrés les uns sur les autres, et de ce fait aucun ne perd le fil: les rythmes sont calés, les solos sont fluides et les deux guitaristes, bien que de l’un et l’autre côtés de la scène, se coordonnent de manière rapide et efficace. On observe ainsi une certaine “entente guitaristique” entre les deux gratteux. Le Frontman, à la basse et au chant, entraîne le public dans une dimension plus psychédélique, avec l’introduction du morceau “Ocean above the sky”, un de leurs titres originaux. Les paroles sont douces, la tessiture de voix est grave.

Big Blue Girafa - La Cave à Rock
Les Big Blue Girafa font leur show.

Mais quand les musiciens s’énervent, on observe un tableau bien différent. Les guitares se font plus dures, le chanteur passe d’une voix claire au scream, et la batterie se fait plus imposante, plus puissante: le micro de la grosse caisse n’avait qu’à bien se tenir ! Fin du set, les Big Blue Girafa vont se chercher des verres, et laissent la scène bouillante à leurs confrères de Taotopia

Le déluge Taotopia

    Il n’est plus nécessaire de présenter Taotopia, qui a su rapidement se faire une place sur la scène métal toulousaine. A leur arrivée, les cris et les applaudissement s’intensifient, et le show débute. La violence des instruments et du chant met une claque au spectateur qui se retrouve déstabilisé l’espace d’un instant. Dès le début, la basse emplit l’espace, avant d’être relayée par les autres instruments, dans un déchaînement de puissance musicale à couper le souffle. Comme les groupes précédents, les musiciens de Taotopia ont opté pour une alternance musique douce/ riffs agressifs. Et cette alternance incite encore plus les headbangers à se manifester. Les relations public/groupe prennent de l’ampleur. Jusqu’au moment où le chanteur décide de regarder son groupe jouer et de s’immiscer dans le public.

Elypsis La Cave à Rock
Et Taotopia clôt la soirée…

Puis le show continue, avec une ambiance bien plus « punk » que les deux groupes précédents. Un guitariste se déplaçant en chaussettes entre les câbles et les amplis, des solos accrocheurs, des vocalises et des mouvements de mâchoires très étudiés mais surtout, le plus important, une incroyable énergie. Les quatre musiciens souhaitent montrer leurs principaux atouts mais également leurs spécificités techniques : la symbiose avec leurs instruments et la précision inégalable de chacun d’entre eux. La batterie, la basse, la guitare et le micro deviennent au fil du concert des extensions des corps des musiciens, offrant au public une vision mystique à leurs compositions. Ils firent ainsi une belle présentation de leur premier album “Nightfall”, sorti en 2018.

Les derniers au-revoir adressés au public, le groupe quitte la scène sous les applaudissements et les encouragements. Il faut maintenant s’extraire de la cave, ressortir à l’air libre. Les débriefings au sujet de cette soirée mémorable ont lieu dehors, à la fraîcheur du soir. Longtemps, le public et les groupes se souviendront de ces 3 prestations. Prestations qui perpétuent la réputation qualitative de La Cave à Rock. 

Soirée organisée par Actu Métal Toulouse à la Cave à Rock. 3, Boulevard des Minimes, 31200 TOULOUSE.

Crédits Photos: Gaëtan Naulin pour Actu-Métal Toulouse.

Design Photo de couverture: Actu-Métal Toulouse.

Print Friendly, PDF & Email

Que pensez-vous de l'article ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer !

Moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 7

Aucun vote pour l'instant 🙁 Soyez le premier à noter cet article !

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile...

Améliorons cet article !

Que devons-nous améliorer ?