Une sirène à Paris de Mathias Malzieu

Une sirène à Paris de Mathias Malzieu

30 novembre 2019 0 Par Marine Darnaudery

Une sirène à Paris est un roman imaginaire et fantastique que Mathias Malzieu publie en février 2019 aux éditions Albin Michel.

Une sirène à Paris

En 2016, les fortes inondations de la Seine perturbent les parisiens mais surtout le travail de Gaspard, un jeune surprisier. Il travaille au Flowerburger, un bateau hérité de sa grand-mère, comme animateur des soirées de son restaurant secret se trouvant dans la cale du bateau. L’ambiance de celui-ci est restée la même depuis les années de guerre. C’est un grand rêveur qui est un peu déconnecté du monde réel. Un jour, il entend un chant qui l’attire vers les bords de Seine, rendues dangereuse par les crus. Il y trouve une jeune femme inconsciente. Celle-ci est étrange elle a des écailles, c’est une femme poisson. Il voit cette femme mais sait que les sirènes n’existent pas. Il cherche à l’aider et l’emmène dans son appartement, c’est là que commence les problèmes.

Mathias Malzieu, sportif, auteur et artiste

L’auteur d’une sirène à Paris, Mathias Malzieu, a une carrière un peu atypique, il se destinait à une carrière de tennisman mais suite à une blessure, il est contraint d’arrêter. C’est à ce moment-là qu’il commence à écrire des chansons puis fonde en 1993 un groupe de rock, Dionysos, groupe d’ailleurs relativement populaire en France notamment grâce à leurs albums « Haiku » (1999) et « Western sous la neige » (2002). Parallèlement, il développe aussi une carrière d’écrivain en publiant des romans et des textes de chansons (notamment pour son ex compagne Olivia Ruiz).

Les personnages surprenants et originaux

De façons fluide et originale, Mathias Malzieu réussi à introduire une part d’imaginaire dans une réalité triste et pluvieuse. Dans un premier temps, tous les personnages ont une part d’originalité, cet homme extravagant et presque marginal a un métier étrange mais surtout inconnu et il est un artiste son auteur. Et puis cette mystérieuse sirène venue de nulle part qui est scrutée par Gaspard au fur et à mesure qu’il la découvre.

« Ce n’était définitivement pas complètement un poisson ni complètement une fille mais c’est formidablement beau. Ou belle. »

Lula est la dernière sirène vivante, elle s’adapte à la vie parisienne malgré le peu de temps qu’elle y passe. Elle observe ce qu’elle a autour d’elle et les personnes qu’elle rencontre.

« Le timing entre la flamme du briquet et l’inspiration de Lula était optimal. La cigarette s’alluma. La sirène imitait à la perfection la gestuelle de Rossy. Les yeux mi-clos, elle tira une bouffée. Une sirène dans une baignoire, avec sa queue endiamantée posé sur le robinet, qui fume sa cigarette. L’expression parfaite du « panache », ce mot que Rossy venait de lui apprendre. »

Nous pouvons imaginer de façon précise les scènes que nous décris Mathias Malzieu. Elles sont banales mais elles ont du « panache » et sont fraîches. Evidemment, une histoire d’amour inévitable mais impossible s’installe entre une sirène qui se protège avec un chant tueur contre les humains depuis des milliers d’années et un homme imperméable à l’amour à cause d’une douloureuse rupture.