Nécromania de Jean-Sébastien Pouchard

Nécromania de Jean-Sébastien Pouchard

6 juillet 2019 0 Par Valentin Delbreil

Publiée aux Editions Livresque, la nouvelle Nécromania de Jean-Sébastien Pouchard ne nous laisse pas indifférent. Entre ma lecture et le moment où j’écris cet article, plusieurs essais ont vu le jour et plusieurs semaines se sont écoulées. Il est difficile de parler de cet ouvrage sans être… vulgaire.

« Je venais de prendre une vie et je me sentais…heureux », dit le personnage principal lorsqu’il parle du jour où il a tué son chat.

extrait.

Nécromania est un récit rapide et facile à lire. L’auteur nous immerge dans son monde comme à son habitude parait-il. Une écriture franche et captivante, nous laissant pas si indifférent face au vocabulaire familier d’un homme qui commet de multiples meurtres et viols.

Mettez-vous à la place d’un tueur. Vous avez tué bon nombre de personnes et votre sentence approche. Que dire, qu’avouez avant ou pendant votre procès ?

Le salopard de nécrophile

Déjanté et étrange, ce personnage arrive au fil de notre lecture. Il arrive à nous faire de la peine. On sait qu’il est coupable, qu’il a violé des femmes décédées mais son histoire est dramatiquement touchante.

C’est clair comme de l’eau de roche, l’auteur est aussi un petit salopard de manipulateur. Il arrive à nous faire douter, à nous faire rire, voire à nous provoquer la nausée (oui, je suis un être bien sensible. Rires !). Ecrire une nouvelle est un exercice bien complexe. Seulement, ici, Nécromania est écrit à la perfection. Aucun paragraphe inutile, aucune intervention superflue. Tout y est, tout doit y rester.

Adepte de romans policiers, j’ai lu cette histoire d’une traite, sans pause. Il fallait que je connaisse la fin, et ce, avant la fin de la journée.

« Vous savez à un moment être fou ça voulait dire quelque chose, maintenant tout le monde est fou. », Charles Manson

extrait.

Au-delà de l’histoire elle-même, ce qu’il y a de fort intéressant dans cet ouvrage, c’est également tout le côté « recherches » et l’originalité de la mise en page.

En effet, chaque chapitre est présenté sur fond noir avec pour seul texte, une citation d’un tueur. A commencé par Charles Manson, Ted Bundy, tout en passant par le tueur du zodiaque et Charles Whitman et terminant par John Wayne Gacy. Je peux vous dire qu’il y a du lourd comme on dit. Dans cette même optique, je vous renvoie vers notre rencontre à la Foire du Livre de Brive 2017, avec Stéphane Bourgoin, auteur et spécialiste de tueurs en série (il en a rencontré plus de 70 !).

Il n’y a qu’un pas entre les Etats-Unis et la Bourgogne

Concernant Jean-Sébastien Pouchard, nous allons le retrouver dans quelques semaines (ou mois), sur le compte-rendu de Scellés, la deuxième enquête policière des deux héros : Mathilde et Arthur ; toujours chez notre partenaire Livresque.