La métamorphose de Franz Kafka

La métamorphose de Franz Kafka

3 juin 2017 0 Par Valentin Delbreil

La Métamorphose de Franz Kafka

La Métamorphose. Titre vague, mais évocateur. « La métamorphose révèle une vérité jusqu’alors méconnue, les conventions disparaissent, les masques tombent. », annonce Franz Kafka dans la préface de la nouvelle.

Avez-vous déjà fait ce rêve? Vous réveiller avec six pattes et un corps dur comme fer ? Vous avez peur, essayez de vous réveiller mais vous n’y arrivez pas. Non? Grégor Samsa aurait certainement avoir tant de chance que vous. Sauf que pour lui, ce cauchemar est devenu quotidien. Son quotidien. Se tuant au travail depuis cinq ans pour rembourser la dette de ses parents. Il se réveille un matin dans le corps d’un insecte, et n’ayant perdu aucun de ses sens. Ainsi, il entend, voit, sent ses proches, qui eux, l’ignore et le fuit.

Comment vivre dés lors? Comment exécuter les tâches les plus simples? Les plus banales? Quelle sera la réaction de votre famille? Il serait inconcevable qu’elle vous laisse tomber, après tout votre apparence physique n’a aucune importance. Grégor pensait cela également. Pourtant il s’est retrouvé seul.

 

 

NOTRE AVIS :

Valentin : Un début un peu trop long et lassant. C’est la partie la moins intéressante, mais essentielle à la nouvelle, afin de poser les éléments à plat. Certains personnages sont attachants comme la sœur de Grégor. La lecture est fluide, ce qui est un point très positif. À certains moments, des éléments temporels apparaissent. Ils sont très sympathiques et permettent de s’orienter au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire. Seul un point noir apparaît dans ce roman : sa fin.

Amandine : Le réveil de Grégor dans son nouveau corps procure un sentiment d’enfermement entraînant une montée de l’angoisse progressive puisque le protagoniste est lui même prisonnier de son corps. Au delà de l’ambiance fantastique, la nouvelle propose une profonde réflexion sur nos sociétés contemporaines. En effet l’inversement du rapport de force que provoque la métamorphose de Grégor conduit à l’abandon de ce dernier. La fin de la nouvelle apparaît alors comme inévitable et comme une délivrance, tant pour Grégor que pour le lecteur.

Envoi
User Review
0 (0 votes)