Foire du Livre de Brive 2018 : 7 auteurs rencontrés

Foire du Livre de Brive 2018 : 7 auteurs rencontrés

8 décembre 2018 0 Par Valentin Delbreil

En cette 37ème Foire du Livre de Brive (19), nous avons rencontré de nombreux auteurs dont parmi eux, sept que nous allons vous présenter. Chacun a son propre univers, sa propre histoire et son propre style. Allez ! C’est parti ! Commençons dans l’univers des plus petits.

Alexandre Josse

Adapté en livre et illustré par Chloé Taïb, Rutabaga poils de chats et barbe à papa est né en 2011, d’une pièce de théâtre. C’est l’histoire d’une sorcière qui aimerait être méchante mais qui n’y arrive pas, qui aimerait réussir ses tours de magies, ses sortilèges mais qui n’y arrive pas. « Elle est très attachante et n’est pas si moche que ça », précise l’auteur. Son grand projet est de tomber amoureuse. Elle veut rencontrer son être aimé et ainsi aller au Bal des Zélés dont elle a reçu une invitation. A un moment donné, il y a un dénouement joyeux, agréable, touchant. « Nous prenons beaucoup de plaisir à la jouer depuis 8 ans et maintenant, partager l’objet littéraire, c’est tout simplement chouette. »

« Il y aura un rendez-vous tous les 31 octobre, tous les soirs d’Halloween, chaque année on jouera la sorcière tant qu’on ne l’épuisera pas. »

Et il se pourrait bien qu’il y ait une suite à cette histoire… De nombreuses personnes la demandent à son auteur. Mais que va-t-il se passer pour Madiba la sorcière ? Une lecture disponible à partir de 8 ans ; et une pièce pour les petits et les grands.


Karine Sauvarie

Ayant vécu pendant 6 ans sur l’île de la Réunion, Karine Sauvarie a commencé avec l’écriture d’un roman qu’elle a présenté l’année dernière à la Foire du Livre de Brive : L’insoumise de l’île Bourbon. Elle avait à coeur d’emmener le lecteur à travers une aventure émouvante qui à la fois présente cette île mais aussi son histoire en lien avec la Révolution française et les droits de l’homme par l’engagement de cette jeune fille pour plus de liberté, d’humanité. Ce sont de belles valeurs qui sont défendues dans ce livre qui sont finalement intemporelles. A la fois, le lecteur s’évade et peut découvrir l’île Bourbon. Il a très bien fonctionné, les lecteurs viennent le lui dire et attendent le prochain avec impatience. « C’est plutôt très agréable », ajoute l’auteure.

Ce roman a reçu (entre autre) le premier prix de la ville de Figeac. En parallèle cette année, elle a souhaité s’engager dans une autre aventure : l’écriture d’album jeunesse avec deux illustratrices. L’idée était d’écrire des livres pour les tous petits, à partir de deux ans.

J’ai plusieurs activités professionnelles, j’ai aussi travaillé dans la petite enfance. Je pensais qu’il y avait besoin dans ce domaine là, d’histoires courtes qui captivent l’enfant. C’est-à-dire vraiment avec une illustration très évocatrice et une phrase par illustration. Et j’ai surtout eu la chance de connaître deux illustratrices que moi je trouve fabuleuse avec deux styles complètement différents. Et donc un premier album qui s’appelle : Jamais sans mon doudou. Et ensuite un second album : A ce soir petit homme, qui traite de la séparation de l’enfant avec sa maman lors de l’entrée en crèche, à l’école maternelle, en tout lieu inconnu qui peut l’inquiéter. Ca permet de dédramatiser puisse que l’émotion négative, l’angoisse se transforme très vite en émotion positive au fil des pages avec finalement sous forme de jeux.

Et tout cela à partir de 18 mois.


Vanina Noël

Auteure pour la littérature jeunesse, Vanina Noël a travaillé avec plusieurs maisons d’éditions telles que les éditions Margaux (livres collectifs, d’illustrations), Short Editions (conte disponible dans des bornes publiques)… Avec les éditions La poule qui pond, elle s’attaque à un nouveau public. Il s’agit de livre adapté aux enfants dyslexiques. C’est à dire que le style de caractères est spécial, en couleurs avec pleins d’informations pour aider lors de la lecture.

L’auteure a également travaillé avec Créé mon livre Edition où les histoires sont personnalisées. Il y a un questionnaire à remplir avec un maximum de détails, « jusqu’à son repas préféré » me précise-t-elle. Les histoires vont de 0 à 20 ans. Et en plus, cela fonctionne bien pour les enfants qui n’aiment pas lire. A cela s’ajoute, des contes audios, chaque phrase a été enregistrée pour chaque prénom. « C’est magique ! ».


Fabien Dumaitre

C’est un recueil de seize nouvelles. Il a commencé à les faire il y a huit ans avant qu’il n’ait terminé son premier roman. Elles étaient mises de côté. Comme il le dit souvent :

On met une bonne partie de soi dans les romans. C’est un peu ma manière d’exorciser mes mots.

Votre compagne est artiste peintre. A-t-elle participé à vos ouvrages ou va-t-elle le faire ?

Non, au début j’avais une illustratrice qui avait travaillé avec moi sur Un Nouvel Eden. Ma compagne, c’est plus de la peinture et non de l’illustration. Après j’ai des projets avec ma compagne comme des livres d’enfants.

Votre recueil de nouvelles en quelques mots :

Certaines sont fantastiques et d’autres sont dramatiques. Ca m’a un peu sauvé du marasme où j’étais. Bon là… Il y en a une que j’ai bien terminée.

Du suspens, du suspens… Concernant PauseCulture.fr, nous vous ferons un article et peut-être (si vous êtes gentils), on vous offrira un exemplaire :p


Michel Peyramaure

Nous vous avons présenté samedi dernier ce monsieur, Michel Peyramaure. Il est l’auteur de plus de 100 romans et est l’un des fondateurs de la Foire du Livre (mieux vaut le dire deux fois qu’une).

Lors de la Foire, il a présenté de nombreux ouvrages, notamment Les Salamandres. Ce roman fera l’objet d’un article. Mais en attendant, nous pouvons en dire par sa première de couverture et sa quatrième de couverture, qu’il s’agit de la vie de François 1er, de son règne et de l’estime que le peuple lui apporte.

Le seul soucit qui se pose c’est : pourquoi le roman s’intitule « Les Salamandres ». Quel est le rapport ? Où veut-il en venir ?

Si vous souhaitez en savoir plus sur Michel Peyramaure, cliquez ici.


Jean-Michel Valade

Historien, auteur et ancien professeur d’Histoire-Géographie à Brive, Jean-Michel Valade présentait son dernier ouvrage A la découverte mémorielle des rues de Brive.

Vous, briviste, lors de vos petites sorties dans les rues de Brive, vous êtes-vous ne serait-ce qu’une fois, poser la question sur l’origine du nom d’une plaque de rue ? Ainsi, l’auteur se pose plusieurs questions qu’il tente de répondre.

Pourquoi telle plaque à tel endroit ? Qui a décidé et dans quel contexte ? Pourquoi « débaptise-t-on » et en quelles circonstances ? Qu’est-ce qui explique alors la disgrâce ? Pourquoi autant de militaires honorés et aussi peu de femmes ? Existe-t-il encore des noms de rues d’usage, c’est-à-dire imposés par les habitudes de vie séculaires des Brivois ?


Nous vous invitons à visionner ce reportage réalisé par France 3 Pays de Corrèze, car parfois, une vidéo vaut mieux qu’une longue explication.


L’ADAPEI

En aout 2017, une action spécifique sur le handicap est menée afin de faire changer le regard de société. « C’est toujours en frappant un peu plus fort que l’on fait bouger des choses », précise avec détermination la directrice du pôle vie associative. Elle voulait montrer que les handicapés ont des projets. Elle voulait relayer la parole des personnes en situation d’handicap. Le tremplin ? Tout d’abord la participation de l’auteur Anthony Signol et ensuite, la Foire du Livre.

LES PERSONNES HANDICAPEES SONT COMME TOUT LE MONDE.

Ayant comme sujet l’expression des sentiments tels que le bonheur, le désir, le regret… Les professionnels ont repérés les personnes de handicap en capacité de s’exprimer. Il fallait un échange avec l’auteur. Les auteurs ont expliqué pourquoi ils étaient dans le projet et qu’elles étaient leurs motivation.

De là, c’est créé un climat de confiance incroyable pour capter les ressentis de chacun. Le travail a été remarquable par les 5 auteurs.

Dire que l’on est tous pareils, qu’on a les mêmes sentiments. Les personnes handicapées ont vraiment étaient considérées comme auteurs.

Ce recueil de nouvelles compte 30 auteurs, avec la participation d’un auteur du coin, Franck Bouysse qui a fait la préface.

Certains auteurs ne sont plus les mêmes, ont grandit. Ils avaient le sentiment de colère. La foire du Livre a été un aboutissement. Aucun pseudo, à faire des dédicaces. Voir des yeux qui pétillaient ! Woaw !!

Puis, Sandy GIL (directrice du pôle vie associative) me précise que les auteurs se sont mis « a nu » et « sans filtre ». Et notre entretien se termine par :

On devrait en prendre de la graine.

Pour vivre des aventures extraordinaires pour s’ouvrir sur les autres avec un tourbillon d’émotions garantit, cliquez su le lien ci-contre pour vous procurer un exemplaire.

Envoi
User Review
0 (0 votes)