Civilizations de Laurent Binet

Civilizations de Laurent Binet

20 février 2020 0 Par Manon Filipozzi
0
(0)

Civilizations. Toute l’histoire du monde et les rôles historiques sont inversés : Christophe Colomb échoue, à l’issue de ses voyages, il ne découvre pas le Nouveau-Monde. Ce sont les Vikings qui dès l’an mille colonisent les côtes Canadiennes. En arrivant sur place, fin du XVème siècle, Christophe Colomb ne rencontre pas le même peuple d’indigène qu’à l’origine. Ce bouleversement historique s’en suit par la capture du roi d’Espagne par un peuple Indien, les Incas. 

Civilizations est rédigé à travers quatre parties dont sa plus importante composante traite véritablement de l’histoire des Incas qui débarquent en Europe pour prendre possessions d’une Europe en pleine querelles religieuses et politiques : du capitalisme émergeant en Italie, en Allemagne et aux Pays-Bas à l’inquisition en Espagne. 

Ce roman tend à viser les passionnés d’histoire, ces derniers qui peuvent voyager dans le temps aux côtés de figures historiques du XVI ème siècle, comme Atahualpa, Christophe Colomb, Charles Quint, Erasme, Don Quichotte, Luther, mais encore François Ier. Cependant, il est important de se rappeler que c’est Atahualpa accompagné de son peuple et de la princesse taïno Higuénamota qui contrôle toute l’histoire de ce récit. 

Grand prix du roman de l’Académie française

Civilizations de Laurent Binet a reçu le grand prix du roman de l’Académie française. L’auteur étonne l’audience en repensant l’histoire du XVIème siècle à sa manière. Il se base sur des faits du passé en les mêlants à des faits fictifs.

Ainsi, écrivain français engagé politiquement, il écrit Civilizations en s’appuyant sur les caractéristiques d’une uchronie. Son roman rassemble plusieurs genres littéraires, il est à la fois romanesque et bien entendu épique, ludique et attrayant. 

L’auteur, lui-même, s’est donné un malin plaisirs à modifier l’histoire. Son roman se diversifie quant aux différents genres d’écriture que l’on peut trouver : des pièces d’archives comme le journal de bord de Christophe Colomb ; des extraits d’échanges entre figures historiques (Erasme correspondant avec Thomas More) ; des parties de poèmes ; une parodie sur les “95 thèses” du célèbre protestant, Martin Luther ; une sorte de pastiche de Don Quichotte traitant de la bataille de Lépante (octobre 1571). Il y a aussi une chronique fictive sur le chef Atahualpa. 

 » Je me suis plu, je me suis amusé à refaire l’histoire en l’occurrence l’histoire du 16ème siècle. ”

interview sur Hachette.fr, le 30 juillet 2019

Ses lecteurs plongent dans un tout autre univers de l’histoire. Laurent Binet a voulu bouleversé l’histoire des conquêtes et des conquistadores. En prenant, une autre tournure sur les préfaces du monde des conquêtes, il s’est demandé de quelles manières les Européens au XVIème siècle, comme Cortès par exemple, ont réussi à conquérir des Empires avec un petit effectif d’hommes. Et ainsi, comment des petits peuples venus d’ailleurs, soit d’Amérique latine, aurait pu eux-aussi conquérir l’Europe et le monde. Dans son histoire, il montre donc la victoire d’une civilization précolombienne, les Incas, sous la commande de Atahualpa prenant l’océan pour conquérir l’Europe de Charles Quint, en 1531 . 

Print Friendly, PDF & Email

Que pensez-vous de l'article ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer !

Moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour l'instant 🙁 Soyez le premier à noter cet article !

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile...

Améliorons cet article !

Que devons-nous améliorer ?