La popularité du Rap

Si vous lisez ce premier article, c’est probablement parce que vous avez apprécié l’introduction de la rubrique.

Et bien, nous en sommes très heureux. Commençons par étudier un genre musical non pas des plus anciens, mais un genre qui s’est développé avec le progrès.

À l’origine, le terme de « Rap » est vraisemblablement issu de l’argot anglo-américain qui peut être rapproché de « baratin ». Il puise d’abord son inspiration dans la réalité quotidienne des quartiers pauvres, populaires et des banlieues. Il est basé sur un style particulier : la diction mi-parlée et mi-chantée accompagnées de nombreux bruitages.

Le « Rap » que nous connaissons aujourd’hui provient des ghettos noirs américains. Il se base sur une improvisation de textes avec toujours une présence forte de la diction mi-parlée et mi-chantée ainsi que ses bruitages. Nous sommes alors dans les années 70 lorsque le « Rap » fait son apparition. Il devient rapidement un phénomène populaire aux États-Unis, puis se propage à travers le monde. Il est aujourd’hui le cœur de la culture des jeunes générations françaises qui allient « langue parlée » à la « langue littéraire ». Portée par ses artistes tels que MC Solaar ou Passi, la jeunesse française trouve l’inspiration dans l’association de plusieurs langues (plurilinguisme) ou de nouvelles formes de langage comme le « verlan ». Le « Rap » est peut-être aujourd’hui le genre musical le plus populaire de France.

Les années passent, le progrès les accompagne suivi par le « Rap » qui trouve ses ressources dans les technologies nouvellement créées. Le sample devient l’outil par excellence et permet à chacun d’entre nous de créer notre morceau sans coûts excessifs (achat d’instruments, d’amplificateurs…). Une seule personne est alors en capacité de « percer dans le monde de la musique », lui, et son ordinateur. Voilà un changement radical dans la musique.

Maintenant, si nous revenons en arrière dans le temps et que nous regardons les artistes qui nous entouraient :

On se rend compte qu’ils formaient un groupe. Le progrès permet donc de faciliter l’apparition d’artistes toujours plus nombreux, faisant carrière seuls, et donc de proposer la musique des plus variées. Un point positif. Mais il permet aussi aux artistes d’exprimer leurs sentiments, le mal-être ou encore de s’engager pour ou contre une cause.

Pourtant, le rap montre une autre face :

On y retrouve des expressions nouvelles issues de la langue parlée par les jeunes, des voix synthétisées par ordinateur, sans rythme ni sens, voire des insultes qui font perdre toute l’harmonie, toute la beauté, l’Art de la musique. Ne faisons pas de généralité en disant que tous les rappeurs sont de cette catégorie-là, mais une catégorie de rap trop exacerbé peut même s’accompagner d’une délinquance frôlant la violence et de la formation de groupes sociaux mettant à l’écart les individus « différents ».

Voir un artiste que nous aimons profondément jouer sur scène, accompagné de ses guitaristes, de son batteur, de son saxophoniste et j’en passe, est un moment intense que nous n’oublions jamais. Pourquoi ? Parce que nous avons l’occasion de voir nos idoles et d’apprécier leur talent. Tandis qu’un artiste, arrivant sur scène et oubliant son ordinateur ou sa clé USB pour rapper dessus, se verra dans l’obligation d’annuler, car c’est sa seule source de musique.

Bien que le rap soit un des genres musicaux des plus populaires, il est pourtant simplificateur et dénigre l’Art de la musique.

 

Laisser un commentaire