La dislocation de l’Empire Romain

La dislocation de l’Empire Romain

25 mai 2019 0 Par Hugo De Almeida

Au début de l’époque médiévale, l’Empire romain atteignait une extension territoriale immense. Il s’étendait d’Est en Ouest de l’océan Atlantique à l’actuelle Syrie et du Nord au Sud du limes (ligne de fortifications construite sur les cours du Rhin et du Danube) au Nord de l’Afrique.

Des difficultés économiques et sociales

Jusqu’au début de l’Epoque médiévale, l’empire romain a connu une expansion territoriale exponentielle. En revanche, cet intérêt pour les territoires du barbaricum (territoires où l’on ne parle ni latin ni grec et où les populations ne sont pas civilisées) s’est fait au profit du territoire propre à l’empire et déjà conquis. En effet, au IIIe siècle, une crise financière éclate. Elle est principalement due aux dépenses militaires incommensurables réservées aux conquêtes, à la défense du territoire et au paiement des soldats.

Par conséquent, les empereurs romains ont engagé une forte politique fiscale pour ré-inverser l’équilibre du Trésor. Pour cela, ils ont augmenté les impôts et ont frappé la monnaie. D’abord, l’augmentation des impôts a créé le mécontentement des populations. Ensuite, la frappe de monnaie a déprécié la monnaie, c’est-à-dire qu’elle l’a rendue plus « faible ». Enfin, la hausse de la quantité de monnaie en circulation a créée de l’inflation.

Finalement, la crise financière s’est transformée en crise sociale. En effet, la crise a énormément touché les paysans qui se sont appauvris. En plus de cela, le monde méditerranéen du IIIe siècle a connu une période de refroidissement climatique. Par conséquent, les récoltes étaient mauvaises, et la crise financière n’a pas aidé…

Des difficultés intérieures

Jusqu’au IIIe siècle, l’Empire connaissait une pleine unité territoriale et l’Empereur dominait la totalité de ses territoires. Au cours du siècle, les gouverneurs et fonctionnaires des provinces ont été accusé de mal-gestion de leur territoire ainsi que de corruption. De plus, les militaires de l’armée romaine ont acquit, au fil du temps, de nombreuses richesses dues à l’acquisition de terres suites aux conquêtes territoriales. Ce pouvoir territorial leur a donné des ambitions jusqu’à déclencher des guerres civiles

A la fin du siècle, l’empereur Dioclétien (284-305)¹ s’est vu obligé d’instaurer un système politique tétrarchique. En effet, il a décidé de diviser le pouvoir impérial en quatre : deux empereurs portaient le titre d’Auguste et deux autres celui de César. Son objectif était double : il s’agissait de limiter les guerres civiles en distribuant le pouvoir et de mieux organiser la défense des frontières.

Une menace majeure : les barbares

Les barbares ne constituent pas une civilisation homogène mais un ensemble de groupes guerriers méconnus et peu délimités. On les définie par des groupes dirigés par un chef militaire unificateur qui pouvait changer selon les circonstances.

Les années 370 sont une décennie qui marque un tournant dans l’histoire de l’empire romain. En effet, c’est à partir de ces années que les barbares commencent à entrer dans l’empire et à s’installer. Par exemple, les Ostrogoths se sont installés en 376 sur la côte Est de la Grèce actuelle et ont été les premiers à vaincre les Romains dans la bataille d’Andrinople en 378.

Toutes ses causes et la mort de l’empereur Théodose Ier en 395 ont amené à la séparation de l’Empire Romain en deux : l’Empire d’Occident et l’Empire d’Orient…


¹ Les dates entre parenthèses sont les dates de règne des rois/empereurs en question.