Accueil » Blog » Il y a 50 ans, ils ont marché sur la Lune

Il y a 50 ans, ils ont marché sur la Lune

  • Histoire

Les premiers pas de l’Homme sur la Lune ont marqué l’histoire de l’humanité comme une étape importante. Le 20 juillet 2019 sera l’occasion de ter les 50 ans de cette étape majeure, sur laquelle nous allons revenir aujourd’hui.

Avant de nous plonger de tout ce qui fait la dimension historique de cet événement, je vous propose de vous raconter l’histoire de la mission Apollo 11.

Le 16 juillet 1968, la Saturne 5, haute de 110 mètres, avec la puissance de ses cinq moteurs F1, décolle depuis Cap Caneveral (Floride) et propulse ses trois occupants en l’espace de quelques minutes. C’est la fusée la plus puissante ayant décollé à ce jour. Des vibrations sont ressenties jusqu’à 6 km autour du site de décollage. Werner Von Braun, scientifique allemand, est son concepteur. Il est également connu pour avoir conçu les Missiles V2 sous le Troisième Reich d’Adolf Hitler où il fut rapatrié aux Etats-Unis après la guerre et naturalisé comme Américain. 

Le voyage jusqu’à la Lune dure 3 jours pour les trois passagers de Colombia (nom donné au module de commande, c’est-à-dire, le vaisseau et la capsule qui emmènent  les astronautes vers la Lune. Ces aventuriers des temps modernes ce sont Neil Amstrong, Edwin « Buzz » Aldrin et Michael Collins. La trajectoire qui emmène les trois hommes est calculée pour que Colombia retourne sur Terre sans besoin d’allumer son moteur en cas de problème. Cette trajectoire dite de « retour libre » fut calculée à la main. Le 20 juillet, le LEM (Module d’Excursion Lunaire) nommée « Eagle » se détache de Colombia et entame une descente sur le sol lunaire.

Après un alunissage non sans problème, et une longue préparation, il est enfin temps pour les astronautes de sortir. En direct, devant près de 530 millions de spectateurs à travers le monde, Neil Armstrong pose son pied sur la surface lunaire et prononce une phrase qui a marqué l’exploration spatiale « one small step for a man, one giant leap for mankind ». Vingt minutes plus tard, il est rejoint par Buzz Aldrin. Leurs missions sont multiples : expériences scientifiques, récoltes de poussières et de pierres lunaires ou même prises de photos depuis la surface. Une courte nuit passée dans le LEM plus tard, les deux hommes rejoignent Michael Collins, resté en orbite autour de la lune, pour finalement revenir sur terre le 24 juillet 1969, dans l’Océan Pacifique. 

 Seulement, question légitime : pourquoi aller sur la Lune ? 

Pour cela, il faut replacer cet évènement dans son contexte. En 1969, c’est la Guerre Froide, donc les Etats-Unis et L’URSS mènent une guerre idéologique et la « course à l’espace » en est une partie importante. En effet, plus ou moins lancée par J.F. Kennedy dans un discours au congrès américain le 25 mai 1961, la course à l’espace devient une partie importante de la lutte entre les deux super-puissances, dont la Lune est l’objectif principal. En 1969, L’URSS est en train de gagner cette course, en réalisant les « premières » les plus importantes : premier satellite artificiel (Spoutnik, 1957), premier homme dans l’espace (Youri Gagarine, 1961), première femme dans l’espace (Valentina Terechkova, 1963), première sortie dans l’espace (Alexeï Leonov,1965)… Vous l’aurez compris, les Etats-Unis perdent la course depuis le départ.

Ce premier pas sur la Lune n’est pas une vraie première. En effet, le fait qu’il s’agisse de la onzième mission du programme Apollo annonce bien toute la phase de préparation et de tests qui a précédé. Depuis la mission Apollo 8, en 1968, l’Homme est déjà allé autour de la Lune. Dès le discours du président Kennedy, les préparatifs pour les premiers pas d’Armstrong sont lancés !

Au final, la Mission Apollo 11 fut la première, mais pas la dernière. En tout, douze hommes ont foulé le sol lunaire. Un seul scientifique, Harrison Schmitt, en 1972, sur Apollo 17, a eu le droit d’aller sur la Lune, ce qui montre bien l’envergure idéologique du programme lunaire américain. Depuis la fin du programme Apollo et de la course à l’espace et à la Lune, les budgets de la NASA connaissent une baisse constante ; et depuis Apollo 17, l’Homme se contente de l’orbite basse terrestre et de la Station Spatiale Internationale. Même si l’on voit des projets émerger régulièrement des agences spatiales, à ce jour, aucun n’a abouti pour retourner sur la Lune. ν

par Franck Lapellegerie

Print Friendly, PDF & Email

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.