Douce vie romaine : Rome et les années 50

Douce vie romaine : Rome et les années 50

8 juin 2020 0 Par PauseCulture.fr
0
(0)

Rome : Qui donc n’a jamais entendu parler de la dolce vita ?

Dolce vita ou douceur de vivre en français se réfère à la période historique des années 1950-1960 et plus particulièrement au style de vie rendu célèbre grâce au fameux film de Federico Fellini. La dolce vita traduit parfaitement l’ambiance qui flotte dans Rome à cette époque. Et si nous sommes bien loin des années 1950, les italiens continuent de nous séduire avec leur spontanéité et leur joie de vivre. En fait, c’est cette vie au ralenti, cette détente constante, et au fond, c’est cette jolie idée du bonheur qui nous fascine. Après tout, je n’invente rien, Laurent Gaudé l’avait écrit, Rome est « une ville superbe où les hommes se déplacent avec la suavité des chats ».

Le « miracle italien »

Si pendant les années 1950 Rome est à son apogée, la ville éternelle se remet des souffrances de la Seconde Guerre mondiale et d’un accueil républicain lent et hasardeux. En effet, le gouvernement Badoglio n’a pas le contrôle du pays alors administré par les Alliés. C’est le 10 décembre 1945 que le gouvernement revient à celui ayant fondé la Démocratie chrétienne, Alcide De Gasperi. Le parti politique prend alors une place importante qui débouche sur l’annonce d’un référendum sur les institutions.

Malgré les efforts du roi Victor Emmanuel III pour sauver la couronne, les citoyens se prononcent à 54% pour la République. La botte connait ensuite une instabilité institutionnelle, mais tout miraculeusement, le développement économique de l’après-guerre se révèle comme grandiose. La consommation et l’accès aux plaisirs de la vie se développent. La ville devient le centre d’exhibition d’une certaine bourgeoisie. La signature du Traité de Rome en 1957 marque le début de l’intégration européenne. Et n’oublions pas que Rome devient aussi le « Hollywood du Tibre ». Bref, c’est une belle prouesse que connait la cité romaine.

« Une ville coincée entre antiquité et modernité »

Dans les années 1950, Rome attire de nombreux intellectuels et artistes internationaux tels que William Klein ou Robert Rauschenberg. C’est une nouvelle ère qui débute, divers mouvements artistiques de grande ampleur naissent alors. Pour Klein, Rome est alors « la vision neuve d’une ville fascinante coincée entre antiquité et modernité, où les vespas côtoient les statues de marbre ». Les 65 clichés du photographe permettent de se projeter dans les rues colorées de la ville. On remarque une spontanéité dans l’expression faciale des passants qui ne peut nous empêcher de sourire. On y ressent « le souffle de toute une ville ». Ne nous le cachons pas, c’est agréable de temps à autre.

La ville éternelle des années 1950 témoigne également de la naissance de la Pop romaine, grandement influencée par le langage du Pop Art américain. Ainsi, c’est dès la fin des années 1950 que les collages de Mimmo Rotella voient la lumière du jour. L’artiste milanais recouvre alors les murs de la cité et renoue avec « la poétique du mur ». Son but est de mettre en valeur « éléments bruts et incongrus » à l’aide d’affiches déchirées.

Ces expérimentations sur l’image constituent une nouveauté artistique en Italie. Mais si la Pop romaine développe son propre style, elle n’oublie pas de faire référence au passé et à son histoire. C’est eneffet en mélangeant antiquité et modernité que l’artiste Tano Festa construit son style en se référant notamment à Michelangelo. Rome vit ses plus belles années en 1950, elle produit et profite tout en s’imposant sur la scène internationale. Et si le cliché du touriste américain de passage en Europe passe forcément par Rome, il n’a pas totalement tort. Comme l’a dit Goethe « qui l’a vue a tout vu ».


Article rédigé par Emma

Print Friendly, PDF & Email

Que pensez-vous de l'article ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer !

Moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour l'instant 🙁 Soyez le premier à noter cet article !

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile...

Améliorons cet article !

Que devons-nous améliorer ?