Le Vortex, la webémission de vulgarisation d’Arte

Le Vortex, la webémission de vulgarisation d’Arte

24 octobre 2020 0 Par Charles Carceller
0
(0)

A l’occasion de la sortie de la 3ème saison du programme phare de vulgarisation 2.0 de la chaîne franco-allemande, l’équipe de PauseCulture vous propose de partir à la connaissance de la jeune création popculture internet à la croisée des savoirs, produite par Arte.

La saison 3 les vulgarisateurs UnCréatif, Science de Comptoir, Angle Droit et Linguisticae

La genèse d’un projet

Léo Grasset alias « DirtyBiology », co-fondateur du projet

Si le monde Youtube sur Internet est vaste, telles le sont les connaissances disponibles sur la plateforme de partage en ligne de Google. Nombreux sont les téméraires créateurs de contenu essayant avec un certain degré de professionnalisme, d’attiser notre curiosité afin de nous faire partager leurs connaissances. Ces vulgarisateurs, comme on les appelle dans le milieu, sont de plus en plus nombreux chaque jour à se lancer dans l’aventure périlleuse et excitante qu’est la vulgarisation sur Internet. Pourtant, malgré leur grand nombre sur la Toile, rares sont les confrontations, les échanges et les collaborations de ces derniers sur le Web.

C’est en partant de ce constat, que Léo Grasset et Ronan Letoqueux alias DirtyBiology et Realmyop sur Youtube, ont décidé en 2019, de porter le projet d’une collaboration réunissant quatre vidéastes issus de champs disciplinaires différents. La chaîne le Vortex permet de vulgariser des sujets inédits de manière approfondie.

La colocation, un « univers étendu » de la vulgarisation

Principe de l’émission et fonctionnement

Les « chambres » des colocataires, colonne vertébrale du projet

Tournée par Ronan Letoqueux dans un appartement de Fougères, la « colocation » réunit quatre vulgarisateurs, voire plus selon le nombre de membres au sein de chaque chaîne, du domaine de la culture et des sciences. Afin de les faire travailler sur des sujets variés et inédits tout en croisant leurs connaissances.

Chaque « colocataire » propose trois vidéos selon son domaine de prédilection, d’une durée d’au moins 7 minutes. Et invite au moins un autre vulgarisateur pour compléter et apporter des précisions sur son sujet. Les idées sont diverses et variées. Le regroupement des vidéos de chaque colocataire en fait le constituant principal de l’émission appelé la « chambre ». La dernière vidéo en date  » A qui appartient l’Antarctique?  » propose de traiter cette problématique sous l’angle du droit international avec l’aide la vidéaste Florence de la chaîne Angle Droit. Avec la participation de son homologue Valentine de « Science de Comptoir ».

Par exemple, les vidéos proposent de traiter de la façon dont nous sommes accro à Internet. Ou bien encore, pourquoi l’astrolabe fut pendant des siècles le « smartphone » de l’Antiquité en compagnie de Patrick Baud et Manon Brils alias « Axolotl » et « C’est une autre histoire » sur leurs chaînes. Autant de sujets insolites qu’inédits qui pourront ravir la curiosité des novices comme celle des plus expérimentés.

La vidéo la plus vue à ce jour reste celle de Clothilde Chamussy dit « Passé Sauvage » sur sa chaîne YouTube, traitant d’anthropologie. Sur la question de l’adoption de l’agriculture par les premiers hommes titrée « L’addiction à l’agriculture » cumulant plus de 300 mille vues. Elle a ainsi fait suite à la première vidéo et partie sur ce thème en collaboration avec Léo Grasset « L’agriculture : La pire erreur de l’humanité? ». Les lives, longs de plus de 2 heures en général, et les trailers ne cumulent quant à eux à peine plus 40 mille vues chacun.

Des lives pour intégrer la communauté Vortex

L’équipe du Vortex propose également des lives dans lesquels l’envers du décor, mais également des invités exceptionnels, débattent de sujets complexes tels que : « Internet vs les internautes », « Nature vs Culture » afin de revenir sur les vidéos de chaque membre mais également de les débriefer et faire participer la communauté Vortex autour d’une discussion en direct et de leur poser des questions.

Le projet expérimental internet d’Arte

En marche depuis plus d’un an, le projet expérimental d’Arte est composé de trois saisons avec plus d’un million de vues à son actif. Toutefois, il ne fut pas toujours ainsi pour arriver à convaincre la chaîne franco-allemande de sauter le pas pour le monde de YouTube. C’est en partie grâce à la participation de la société de production visuelle NES, spécialisée dans les contenus sur Internet et notamment YouTube, que Arte s’est finalement décidé à faire de ce projet son programme phare. Le CNC Talent et le CNRS co-produisent et participent à la relecture des scripts afin de garantir la qualité et la cohérence des vidéos.

A terme, cette démarche vise à renforcer l’intégration de la chaîne franco-allemande sur la plateforme américaine de partage de vidéos. Mais également de rassembler un public plus jeune et de compléter son panel de vidéos éducatives. Avec la très porteuse émission « Tu mourras moins bête », déjà en vogue sur le web francophone.

Bien que la crise sanitaire actuelle ait ralenti le rythme de sortie, la série de vulgarisation présente encore de beaux jours devant elle. Par ailleurs, une 4ème saison est déjà en cours de préparation. Rendez-vous un mercredi sur deux à 18 heures pour un nouvel épisode !

Print Friendly, PDF & Email

Que pensez-vous de l'article ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer !

Moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour l'instant 🙁 Soyez le premier à noter cet article !

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile...

Améliorons cet article !

Que devons-nous améliorer ?