Le Prince Oublié

Le Prince Oublié

1 février 2020 0 Par Valentin Delbreil

Omar Sy, Bérénice Bejo et le réalisateur Michel Hazanavicius, étaient présents pour l’avant-première du film Le Prince Oublié au cinéma Le Français (Bordeaux) afin de répondre aux questions des spectateurs. Le Prince Oublié est un film familial, immersif et envoûtant. Il vaut le détour non seulement pour le jeu des acteurs mais, aussi pour le visuel animé.

Omar Sy, nous dévoile un scoop !

Alors que les trois invités sont sur scène, une petite fille se met à pleurer en voyant son idole, Omar Sy. Une autre jeune fan dit à Omar Sy que sa mère la suit sur Instagram et qu’elle n’en perd pas une miette. Elle aime toutes ses photos !

À côté de cela, un monsieur intervient. Il joue de la trompette avec sa bouche. Peu commun mais pas énorme non plus. Puis s’enchaîne la salutation d’une femme dont c’est l’anniversaire. Un « joyeux anniversaire » général dans la salle se fredonne avec en fond…notre trompettiste.

Au-delà de petites rigolades, des questions liées au film sont posées. À votre avis, combien de temps a-t-il fallu pour le réaliser ? D’après le réalisateur, Michel Hazanavicius, il aura fallu attendre 7 ans entre l’idée originale et le produit que nous avons pu visionner. Parmi toutes ces années, les acteurs ont eu 11 semaines de tournage.

« Les animations sont réalisées à 100% par deux studios français ».

précise le réalisateur.

Puis, nous, qui ne sommes que des cinéastes amateurs, on pourrait se demander comment les acteurs interprètent le scénario. Une fois encore, Michel Hazanavicius nous précise qu’il y a, selon lui, plus de liberté dans un texte précis qu’un texte vague. Une information qui peut nous paraître en désaccord avec la logique mais néanmoins, intéressante.

Enfin, un spectateur pose cette question que de nombreux fans d’Omar Sy se posent : va-t-il faire partie du célèbre Jurassic World 3 ? Omar Sy nous annonçons un grand « oui » ! Il ne nous reste plus qu’à patienter.

Le Prince Oublié : « Grandir est la plus belle aventure »

En effet, grandir est souvent source de problèmes surtout pour les enfants. Un corps, une voix qui changent, peut poser quelques doutes. Seulement, dans le film, c’est le père, Djibi (Omar Sy), qui a du mal à laisser grandir sa fille, Sofia, 8 ans. Ainsi, chaque soir, nous assistons à une nouvelle aventure dans le monde de l’imaginaire.

Sofia grandit. Trois ans après le début du film, elle entre au collège. Un changement crucial, car Sofia ne veut plus l’histoire du soir de son père, ce qui le contrarie fortement.

« Je peux me les faire toutes seules les histoires maintenant. »

C’est entre le monde réel et le monde imaginaire que le film transporte les spectateurs. En effet, nous sommes maintenus par la peur que le père soit envoyé (dans l’imaginaire) aux « Oubliettes ». Djibi se demande ce qu’est cet endroit dont on lui parle tant depuis qu’il n’est plus le courageux prince. Ah oui ! Entre temps, sa fille est tombée sous le charme d’un garçon de sa classe. Seulement, dans son histoire, elle lui attribue le rôle de « prince ». Ainsi, son père est dans un chômage affectif/émotionnel.

Le méchant PritProut (François Damiens) explique dans une tragique phrase ce que sont les Oubliettes :

« On les oublie. Ils [les personnages] disparaissent pour de bons. »

Quant à Bérénice Bejo, dans le monde réel, elle joue le rôle de Clotilde, la voisine. Elle est assez envahissante avec Djibi. Enfin, elle est surtout amoureuse ! On le devine tout de suite. Puis dans le monde imaginaire, qui ressemble fortement à Hollywood, elle interprète la femme à la porte, un personnage secondaire (d’une X ou Y histoires) qui est en train de se faire oublier.

D’ailleurs, en parlant d’Hollywood, je trouve cela illogique (pour ne pas dire décevant) de valoriser le made in French des animations sans pour autant représenter un décor à l’allure français : un lieu qui ressemble à notre pays. D’accord, cela incarne les studios d’Hollywood, l’ambiance, les costumes… Dans ce cas, autant ne rien dire sur la valorisation des animés.

Le prince oublié

Le Prince Oublié, le 12 février 2020

Je vous laisse avec ces quelques lignes d’observations et de mises en bouche afin que vous puissiez profiter pleinement de ces quelques minutes d’immersions dans la vie de Sofia et de son père. Le Prince Oublié, au cinéma le 12 février 2020 !