Snow Therapy - Terrasse du restaurant

Snow Therapy : un conflit glacial

La dernière fois, je vous ai présenté le dernier film de Ruben Östlund, The Square. Revenons quatre ans dans le passé avec son film Snow Therapy ayant reçu au Festival de Cannes 2014, le prix du jury « Un certain regard ». Toujours dans un idéal oppressé, le réalisateur nous plonge cette fois-ci en plein milieu des Alpes, en France. Pendant les vacances d’hiver, une famille s’y rend pour descendre quelques pistes. Tout se passe à merveille jusqu’au flocon de trop.

Snow Therapy - Ruben Östlund

Lorsque l’on connaît le réalisateur, nous ne sommes pas surpris par le résultat final. En effet, vous allez vous apercevoir que les arguments sur le film sont quasi identiques à son film – The Square – sorti récemment.

Plongé au fin fond de la neige

On nous propulse dans un univers « basique » mais la situation est tellement décalée que l’on ne sait quoi dire, quoi penser… On en perd la tête.

Magnifique mais dangereux

Dans ce film, on retrouve la beauté de nos Alpes. Ces montagnes enneigées, ces pistes habillées d’un manteau blanc en hiver et ces dameuses retraçant ainsi les passages des skieurs du lendemain. Un univers unique où la joie et la bonne humeur des visiteurs se font ressentir. Ces quelques plans, d’une longueur à n’en plus finir nous laisse perplexe de ce qu’il va se produire par la suite. Ceci est tellement inhabituel de la part du réalisateur que l’on s’attend à une chute. Parfois, cela se produit, et parfois l’enchaînement n’a aucun lien. Rappelez-vous que Ruben Östlund est un sadique. Le maître de l’angoisse.

Réalisation à couper le souffle

Toute cette neige ne fait qu’émerveiller les yeux des plus jeunes, et encore… La neige est belle telle qu’elle soit, mais lorsqu’il s’agit de chute de neige, l’histoire n’est plus la même. Par l’intermédiaire de ce film, le réalisateur veut nous montrer les risques des sports d’hiver, mais également les conséquences que cela peut engendrer chez certaines personnes. Et oui ! Le réalisateur est un véritable psychopathe. Il est si intelligent ! Oui, intelligent ! Vous allez très vite le comprendre dans la deuxième partie de l’article.

Tensions familiales

Les sentiments de ce couple commencent à se geler. Les enfants ont une peur bleue de ce qu’il va se produire. Tant de misère après cette chute de neige.

Flocon de trop

Lors d’un repas avec des amis, la femme de Tomas, Ebba, annonce ce qu’il s’est passé il y a quelques heures lorsqu’ils étaient au restaurant, le midi, à table.

À peine les plats servis qu’une chute de neige se dirigeait vers eux. Tous les clients se dirigeaient aux barrières de la terrasse pour admirer l’événement. Le fils du couple, Harry, avait peur, très peur. On peut dire qu’il était terrifié comparé à son père, très serein et obnubilé par la beauté de la neige. Puis, un vague brouillard s’est abattu sur la terrasse du restaurant. La plupart courraient se réfugier dont Tomas qui prit son téléphone portable avant de partir, laissant sa femme et ses enfants, seuls, sur la terrasse, sur le point de s’envoler avec la tempête de neige.

Lors d’un repas avec des amis, Ebba donne son point de vue de ce qu’il s’est produit. Tomas donne le sien. Le problème étant que les deux versions sont belles et bien différentes. Les tensions se font ressentir à commencer par leurs enfants, Harry et Vera.

Des enfants un peu trop…

Intelligent. Le petit Harry se doute bien qu’il se passe des choses étranges entre ses parents. Il a aussi mis le doute à sa grande sœur. Que se disent les parents dans le couloir de l’hôtel ? Ils ne vont pas divorcer ? Se disent-ils. Les enfants ont peur pour l’avenir de leur famille. Dans Snow Therapy, le réalisateur y insère un aspect de la société actuelle, presque devenue comme une mode : le divorce. Il dénonce ainsi les familles que l’on peut retrouver dans la plupart des ménages de notre époque : des familles recomposées. Mais on n’en est pas encore à ce point-là. Ici, il est question de la position des enfants dans les histoires d’adultes. Un véritable calvaire.

Un couple qui bat de l’aile

« Quand le chat n’est pas là, les souris dansent », et bien non, pas ici. Alors que les parents essayent de s’expliquer, les enfants tentent de décrypter leur conversation. Ils ont peur. Pour Ebba, la solution est simple. Il faut que son mari accepte sa version, son acte et surtout sa lâcheté. Mais ce n’est pas gagné… Tomas refuse d’admettre tout cela. Il a peur de perdre sa femme et ses enfants. Il ne se reconnaît même plus. L’oiseau va perdre son aile.

Comme à son habitude, Ruben Östlund dénonce de véritable problèmes tels que la place de la famille et les conflits intra-conjugaux. Je vous ai parlé au début d’argument presque identique à son film The Square, c’est bien le cas. Snow Therapy dure deux heures, les séquences sont toujours aussi longues et lentes. Seulement, cela a du charme. Le charme et l’intelligence d’avoir réalisé un film de deux heures sur une simple différence des points de vue. Vous aurez préféré qu’il réalise plus tôt un court-métrage sur le même sujet ? Quel est votre avis ?

2 réflexions sur “Snow Therapy : un conflit glacial

  1. Salut à tous. Je ne connais pas ce film mais je pense que les deux heures sont nécessaires pour arriver à faire ressentir aux spectateurs le dilemme des enfants face à la discussion des parents. Tu as envie et besoin d avoir ce temps pour rentrer dans les personnages. Donc film à voir !

    1. Je suis bien d’accord avec tout ce que vous dites Gilbert. Mais, lorsque vous regardez ce film, que vous êtes tranquillement assis, bien installé, je vous assure que le temps est long ! Certains passages – qui n’ont rien à voir avec les tensions inter-conjugales – auraient très bien pu être coupés. Après, ce n’est qu’un avis personnel bien évidemment.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.