« Deux moi » de Cédric Klapisch : chronique d’un conte d’amour moderne

« Deux moi » de Cédric Klapisch : chronique d’un conte d’amour moderne

5 octobre 2019 0 Par Victor Roussel

Résumé

Rémy et Mélanie ont trente ans et vivent dans le même quartier à Paris. Lui, ne trouve plus le sommeil tandis qu’elle, ne fait qu’enchainer des rendez-vous ratés sur les réseaux sociaux. 

Ils sont tous deux victimes de la solitude des grandes villes, à l’époque hyper connectée où simplicité rime avec précipitation… Deux personnes, deux vies aux itinéraires différents mais qui pourrait les amener à la même destination 

Critique

« Deux moi » est une comédie dramatique réalisé par Cédric Klapisch. Il s’agit de son treizième long-métrage après « L’auberge espagnole » ou encore « Un air de famille ». A cette occasion, le réalisateur retrouve deux comédiens qu’il connaît bien : Ana Girardot et François Civil. Ils ont chacun joué dans « Ce qui nous lie », son précédent film. Qu’en est-il de cette comédie ?

Entre émotion et simplicité

Cédric Klapisch est un réalisateur qui sait capter l’air du temps et propose des films qui reflètent notre façon de vivre. De véritables chroniques partant des années 90 avec « Un air de famille » jusqu’à nos jours avec « Deux Moi », où le constat est assez inquiétant : les gens ne se parlent plus et se cachent derrière leur écran, tout passe au travers des réseaux sociaux. Pour illustrer ses propos, Cédric Klapisch nous offre un scénario centré sur deux célibataires, Rémi et Mélanie. Il ne se connaissent pas et pourtant ils sont voisins et souffrent d’une profonde solitude. Pour faire face à cela, ils seront suivis par un psychiatre. Au travers de cette histoire banale en apparence mais riche en émotion, le film se concentre sur les facteurs communs renforçant l’isolement de ces deux personnages tels que le travail et les relations avec leur famille.

Rémi et Mélanie bénéficient donc d’un excellent développement, aussi bien sur leur présent que sur leur passé douloureux (problèmes familiaux, expériences amoureuses). Finalement, par l’intermédiaire de nombreuses connexions, ils finiront par se rencontrer pour nous offrir un happy-end certes attendu mais fort émouvant, démontrant que les plus belles rencontres sont le fruit du hasard et se forment donc pas qu’au travers des réseaux sociaux. Enfin, notons que cette comédie dramatique bénéficie d’un bon rythme, avec une belle écriture et elle est justement dosée entre mélancolie, humour et tendresse.

Une mise en scène maitrisée

Cédric Klapisch nous offre également une mise en scène soignée. Au-delà des magnifiques décors parisiens (notamment de Montmartre) dont lui seul à le secret, le véritable atout de cette mise en scène est sans conteste la gestion du lien entre les deux personnages par le biais de transitions efficaces ou de juxtapositions de plans. Notons également la qualité de la musique, omniprésente dans le film. Elle contribue sans aucun doute à renforcer l’émotion lors de scènes capitales. Enfin, les séances de psychanalyse sont particulièrement bien montrées. Klapsich prend le temps de poser les jalons d’un véritable dialogue entre le psychologue et son patient. Ce qui nous permet de nous plonger, à notre tour, dans la tête des personnages.

Un duo attachant et touchant 

La distribution du film est brillamment portée par l’excellent François Civil (très présent sur le grand écran cette année dans « Le Chant du Loup », « Celle que Vous Croyez » et « Mon Inconnue »), la charmante et talentueuse Ana Girardot. Ils forment un duo très attachant ! Parmi les seconds rôles, Eye Haïdara est convaincante, Pierre Niney est toujours aussi dynamique, François Berléand joue un rôle qui lui correspond tout comme Camille Cotin. Un casting haut de gamme et honorable !

La comédie dramatique « Deux moi » est une agréable surprise dans le registre. Une belle alliance entre la simplicité de l’histoire, la complexité psychologique des personnages et l’émotion véhiculée par les acteurs. À ne pas manquer !